background img

Comment préparer sa retraite ?

La retraite n’est pas pour le moment. Bien sûr. Sachez que plus vous vous rapprochez de 57, 58 ans, plus il est conseillé de prendre soin de ce moment important où vous passez du statut actif au statut de retraité. Si vous avez commencé à travailler tôt ou si vous êtes dans un trade considéré comme à risque, cela peut vous inquiéter bien avant. Quelle est la meilleure façon de vous préparer ? Voici les étapes clés à suivre pour bien prendre en compte tous les aspects.

Vous pouvez travailler jusqu’à 70 ans

Tout d’abord, sachez que vous devez vous sentir « maître » de votre décision : « Une idée importante à retenir est de vous permettre de prendre les choses en main et de choisir vous-même la date de votre retraite. Il existe une règle légale du côté de l’employeur : il est possible de travailler jusqu’à l’âge de 70 ans. Il s’agit de l’âge maximum pour travailler. C’est à chacun de choisir sa date de départ », conseille tout d’abord Dominique Prévert d’Optima. Ni l’employeur ni la Caisse de pension ne peuvent vous obliger à prendre votre retraite avant cet âge maximum. Une raison de plus pour bien se préparer.

A lire également : Où déposer une demande d'ASPA ?

Développer une stratégie de départ

Un premier conseil est d’établir une stratégie de retraite , en fonction de votre désir (besoin physique ou psychologique) et de votre profil personnel (enfants endettés, enfants à charge, remariage, divorce, etc.). Dominique Prévert précise que « chaque profil est différent, il faut connaître ses besoins en termes de pouvoir d’achat une fois que l’on prend sa retraite, c’est essentiel ! ». La stratégie sera d’autant plus avantageuse si elle a été préparée à l’avance, c’est-à-dire 1 an et demi avant la date envisagée. En effet, l’âge légal est actuellement fixé à 62 ans. À l’exception de ceux qui jouissent d’une longue carrière, elle a 60 ans. Par exemple : si à la fin de 2020, vous aurez 62 ans, vous devrez avoir accumulé 167 trimestres pour recevoir une pension dite à taux plein.

La question des trimestres

Sachez que vous pouvez très bien décider de partir à 63 ans sans avoir « toutes » vos conditions. Dominique Prévert insiste sur le fait qu’« il n’est pas nécessairement nécessaire d’attendre d’avoir tous ses quartiers. Par exemple, s’il manque un ou deux trimestres, c’est un calcul que vous devez faire pour prendre en compte le manque à gagner en euros, qui peut être, parfois, de quelques dizaines d’euros ». La question la plus importante à se poser est de savoir quel en sera l’impact sur son pouvoir d’achat ? Pouvons-nous nous permettre de perdre quelques trimestres lorsque nous voulons partir à 62 ans ? Vous avez également la possibilité d’acheter des trimestres, maximum 12 trimestres, selon une échelle spécifique. « N’oubliez pas de quantifier le gain que vous réaliserez entre le rachat des trimestres manquants pour recevoir une pension confortable et ce que vous recevrez en plus chaque mois. Si cela vous permet d’augmenter votre rente mensuelle, il peut être intéressant de racheter un quart. Le retour sur investissement peut vous être bénéfique !

A lire aussi : Est-ce que l'APA est rétroactive ?

Identifier la date d’une opportunité

Fixez une date d’opportunité lorsque vous décidez de prendre votre retraite, en fonction de votre besoin de pouvoir d’achat. Cela peut être avant ou après 62 ans. Plusieurs scénarios : il se peut que vous ne souhaitiez plus continuer à travailler après cette date, mais vous avez encore besoin de quelques trimestres pour recevoir une pension correspondant à votre situation personnelle. N’oubliez pas qu’après 50 ans, les contributions sont plus importantes. Si vous souhaitez travailler au-delà de 62 ans, cela peut également vous permettre de bénéficier d’une pension plus avantageuse par la suite. Une fois que vous avez choisi la date de départ qui vous convient le mieux, un délai de préavis de 2 à 3 mois, vis-à-vis de votre employeur est d’usage. Quel est le climat social au sein de l’entreprise ? Êtes-vous bien considéré ? Si vous décidez de communiquer votre décision de départ à l’avance, 6 mois ou 1 an avant, c’est à vous de juger si ce n’est pas sans risques. Parfois, les employeurs peuvent profiter de l’occasion pour pousser à prendre leur retraite un peu plus tôt, en fonction de la politique RH et des besoins de l’entreprise ». Ou, au contraire, il pourrait vous suggérer de continuer à travailler un peu plus. Dans ce cas, cela pourrait être intéressant pour vous : « Vous pouvez en effet négocier une prime de départ plus confortable, ou une retraite progressive, sur un ou deux ans, arrangée avec un travail à temps partiel, par exemple ». Les employés en retraite progressive peuvent se retrouver avec 85 à 90 % de leur ancien salaire pour un emploi à temps partiel représentant entre 60 et 80 % d’un emploi à temps plein. Tout en continuant à contribuer à leur retraite.

Une demande unique pour tous les plans

Légalement, vis-à-vis de la caisse de retraite, vous serez donc en mesure de appliquer la veille de la date de départ choisie. Par exemple, sur le site Web de l’assurance pension, vous devrez prendre les mesures le 30 septembre pour un départ le 1er octobre. C’est à vous de juger si tout est prêt à cette date. Savoir que toutes les procédures ont été simplifiées. Depuis mars 2019, les fonds de pension mettent à disposition la « demande unique de régime interpension en ligne » (DUIRRL). Ce système donne non seulement la possibilité à toute personne active — quel que soit son statut professionnel (salarié, fonctionnaire, indépendant) — de demander la liquidation de ses droits à la retraite obligatoire sur Internet, mais il leur permet de le faire en une seule fois. Vous recevrez une allocation de retraite, calculée en fonction du nombre d’années d’ancienneté. Sachez qu’à la fin du mois au cours duquel vous avez décidé de prendre votre retraite, vous recevrez un solde tout compris. Enfin, pour bien anticiper, n’hésitez pas à consulter dès maintenant votre relevé d’informations. Tout ce que tu as à faire c’est créer un espace personnel sur le site de l’assurance pension, avec votre numéro de sécurité sociale. Vous pourrez ainsi consulter toutes les informations relatives à votre situation (dossier de carrière, estimation du montant de la pension, etc.). Dans tous les cas, n’hésitez pas à vous faire accompagner par des cabinets d’experts spécialisés.

Catégories de l'article :
Retraite