background img

Comment s’appelle la phobie des ascenseurs ?

Qu’est-ce que la claustrophobie ?

Vous avez du mal à respirer lorsque vous devez prendre l’ascenseur et finalement vous retrouvez dans les escaliers.

Votre cœur bat la chamade lorsque vous entrez dans un parking souterrain et vous préférez vous garer à l’extérieur même si les places disponibles sont rares.

A découvrir également : Quelle est la meilleure marque d'appareils auditifs ?

Dans une salle de réunion légèrement petite, vous ressentez des bouffées de chaleur et vous préférez éviter toute réunion.

Dans ce cas, il est probable que vous souffrez de claustrophobie.

Lire également : Comment se présenter en 60 secondes ?

Et crois-moi, vous n’êtes pas le seul.

Un de mes clients m’a dit qu’il devait laisser la porte des toilettes ouverte parce que si elle était fermée, il était terrifié.

Une de mes clientes avait très peur de l’ascenseur, qui l’a forcée à descendre et à monter les 543 marches du gouffre de Padirac.

Étrangement, elle pouvait évoluer dans l’abîme sans crainte.

La claustrophobie touche environ 5 à 10 % de la population.

Désolé mesdames, mais cela touche plus de femmes que d’hommes.

Ceux qui vous entourent Je ne vous comprends pas, cette peur semble tellement irrationnelle. On vous a peut-être déjà dit « c’est de la comédie ».

Mais rassurez-vous, il est possible pour vous d’agir et de vous en débarrasser, c’est ce que nous verrons dans cet article.

Sophie était claustrophobe

Sophie, 53 ans, souffrait de claustrophobie, elle avait une peur panique des espaces clos. Elle était extrêmement mal à l’aise dans les avions, dans le métro, dans les toilettes du café, dans tous les endroits fermés en fait. Et cela pendant 25 longues années.

Elle avait organisé sa vie de manière à éviter autant que possible ces lieux.

Elle ne prenait pas le métro. Elle a donc dû trouver un autre moyen de transport.

Prendre le bus a été une épreuve pour elle, surtout en période de pointe

Elle perdait beaucoup de temps.

Elle se sentait handicapée. Elle n’a pas pris l’ascenseur au travail et avait honte de ses collègues.

Bref, sa vie a été une épreuve.

C’est le drame quotidien que vivent la plupart de mes clients qui souffrent de claustrophobie.

Mais ne vous inquiétez pas, vous allez sortir de cette peur d’être enfermé et de rester coincé, nous verrons comment.

Testez-vous pour savoir si vous êtes claustrophobe !

Auparavant, si vous le souhaitez, vous passerez un test de 5 questions pour tester la claustrophobie

  1. Avez-vous une peur excessive, impossible à raisonner, persistante et intense lorsque vous vous trouvez dans un espace clos ?
  2. Avez-vous immédiatement peur lorsque vous êtes dans un endroit fermé ?
  3. Est-ce que vous évitez autant que possible toutes les zones fermées ou si vous y entrez, vous sentez-vous extrêmement mal, voire paniquez ?
  4. Est-ce que cette peur des espaces clos limite votre vie professionnelle, scolaire ou personnelle ?
  5. Est-ce que cette situation perdure depuis plus de 6 mois ?

Si vous avez répondu positivement à 4 de ces 5 questions, vous êtes claustrophobe.

La claustrophobie peut être la complication d’un trouble panique, c’est-à-dire d’une anxiété répétée ou d’attaques de panique.

Il faut savoir que les troubles anxieux, la dépression, les médicaments, les drogues ou l’alcool consommé augmentent excessivement votre peur des espaces clos.

Nous sommes tous claustrophobes !

Nous sommes tous susceptibles de développer cette peur des lieux fermés. C’est un instinct qui nous permet de survivre.

Certaines personnes sont peu nombreuses et la peur de l’ascenseur ne les handicape pas vraiment, surtout si elles ne travaillent pas dans un immeuble à plusieurs étages et qu’elles le prennent très rarement.

C’est dramatique, d’autant plus qu’avec une bonne méthode, il peut être guéri relativement rapidement.

Pour d’autres, c’est une véritable épreuve qui peut empirer. Tout commence par les ascenseurs, puis les salles de réunion, la voiture… Un jour, ils ne peuvent même plus entrer dans leur bureau et ils finissent télétravail ou sans travail du tout.

J’ajouterais que la claustrophobie peut survenir dans un moment de stress intense, de licenciement, de divorce ou autre, mais elle peut aussi être déclenchée du jour au lendemain.

Pourquoi suis-je claustrophobe ?

Selon les chercheurs, il existe 4 causes principales de peur panique des espaces clos.

1. Traumatismes

Vous avez peut-être subi un traumatisme important, vous êtes coincé dans un petit espace comme un ascenseur ou vous êtes enfermé pour jouer dans un placard pendant un certain temps quand vous étiez enfant.

Cela vous est arrivé dans le métro. Je sais qu’il peut être traumatisant de prendre le métro à Paris.

Je ne sais pas si cela arrive souvent, je n’habite pas dans une zone où le métro circule, un jour où je le prenais, il s’est arrêté brusquement pendant 1 ou 2 minutes entre deux stations.

Aucun message rassurant n’a été et je ne pouvais voir que des murs de chaque côté du train.

J’ai vraiment eu l’impression d’être pris au piège. Je l’ai mis en perspective parce que les gens autour de moi ne semblaient pas dérangés. Il fallait que ce soit normal.

Ce jour-là, j’ai pensé à mes clients claustrophobes et à ce qu’ils auraient pu ressentir dans une telle situation.

Et qu’aurais-tu ressenti ?

La claustrophobie se traduit par la peur de se retrouver dans des situations similaires.

Cette phobie d’être enfermé est souvent déclenchée dans l’enfance, mais peut apparaître plus tard à l’âge adulte, si vous passez un scanner par exemple.

Il était déjà présent, caché, tapi dans l’ombre, mais ne s’est pas déclenché.

2. Facteurs génétiques

Comme je l’ai dit ci-dessus, les crises d’anxiété peuvent créer de la claustrophobie.

Les scientifiques ont découvert que les personnes souffrant de claustrophobie ont une amygdale plus petite dans leur cerveau que les autres.

C’est une petite zone du cerveau qui contrôle la peur.

Cette différence génétique dans la taille de l’amygdale a une influence sur la façon dont le cerveau gère la peur.

C’est-à-dire que les personnes qui ont une amygdale plus petite ont une perception plus aiguë du danger. Ils sont donc plus effrayés.

Ainsi, dans un espace clos, ils auront tendance à paniquer beaucoup plus rapidement, en cas de panne d’ascenseur par exemple.

3. Les espaces personnels

La claustrophobie selon une étude dépendrait également de notre notion d’espace personnel.

L’espace personnel est notre territoire privé et intime, une sorte de bulle de protection qui nous entoure. Pour la plupart d’entre nous, elle correspond approximativement à la distance du bras tendu.

Une fois que quelqu’un ou quelque chose envahit cette bulle, nous pouvons nous sentir mal ou un peu embarrassés.

Les claustrophobes ont une idée exagérée de leur besoin d’espace qui va au-delà le bras tendu.

De plus, si un mur ou une personne est trop proche d’eux, ils se sentent rapidement opprimés.

4. Hyperventilation

Si vous êtes dans un ascenseur et que vous vous sentez bloqué, vous avez tendance à avoir trop d’air.

C’est une réaction normale au stress.

Lorsque vous devez agir rapidement, par exemple en cas d’incendie dans votre maison, vous devez être le plus réactif possible.

Le cerveau est une belle machine, par réflexe, vous allez respirer plus vite.

Il s’agit de lui fournir plus d’oxygène, afin qu’il réfléchisse plus vite afin qu’il puisse rapidement prendre la bonne décision d’aller chercher l’extincteur ou de quitter les lieux.

Votre sang devient plus abondant dans vos muscles, votre vision latérale augmente afin que vous ayez une meilleure perspective de tout danger pouvant survenir dans votre environnement proche.

Cela peut être qualifié de stress positif.

Sauf que lorsque vous êtes dans un ascenseur, cet appareil est inutile.

Aucun danger réel, sauf pour votre cerveau, qui ne fait pas la différence entre votre perception et la réalité.

À force de prendre trop d’air, parce que la peur ne vous laisse pas partir, vous paniquez de plus en plus, vous obtenez encore plus et c’est un cercle vicieux.

Comment se sent un claustrophobe  ?

Si vous vous trouvez dans un espace clos, votre amygdale dont nous avons parlé plus tôt déclenche une alarme dans votre cerveau.

Le système nerveux sympathique est déclenché et les glandes surrénales situées au-dessus des reins envoient une forte dose d’adrénaline dans le sang.

En conséquence, votre corps se prépare à fuir le danger, la pupille se dilate pour capter autant de lumière et d’informations que possible pour mieux réagir, les poumons se remplissent d’air, la respiration s’accélère, le cœur bat de plus en plus vite.

Tout est mis en place pour alimenter les muscles en oxygène afin de vous permettre de fuir ou de vous adapter à la situation le plus rapidement possible. autant que possible.

Vous pouvez pâlir car ce sont les muscles des jambes qui sont alimentés en sang en premier et la digestion s’arrête.

Le système de refroidissement du corps se met en place, vous commencez à transpirer. C’est ce qu’on appelle la sueur froide.

Ce n’est pas facile de ressentir tout cela. Vous éviterez donc probablement de vous retrouver dans ces situations de confinement.

Le gros problème est que plus vous évitez les espaces clos, plus la claustrophobie s’installe et plus elle risque de devenir plus prononcée.

Chez certaines personnes, cela ira jusqu’à la peur panique de quitter leur maison.

Si vous êtes un cinéphile, vous pouvez regarder l’excellent film « Copycat » avec Sigourney Weaver qui illustre bien la peur de quitter la maison. Vous verrez comment elle surmonte la claustrophobie.

Elle joue le rôle d’une psychiatre de renom et auteur de livres à succès sur les tueurs en série.

Elle-même est victime d’une attaque par un tueur en série et elle est très traumatisée. À tel point qu’elle vit cloîtrée dans son appartement et le fait d’aller se faire livrer le journal dans le couloir de son appartement est une épreuve.

Je vais mettre le lien pour vous ici, si vous voulez voir la bande annonce.

Cela vaut vraiment le coup, même si le film date de 1995.

Mais nous ne sommes pas là pour parler de cinéma lorsque vous êtes impatient de savoir comment vous allez surmonter la claustrophobie.

Voici les 7 étapes pour sortir de la claustrophobie

1. Prenez conscience de votre problème

Tout d’abord, vous devez comprendre de quoi vous souffrez et être convaincu que c’est réversible.

Tu sortiras de cet enfer si tu le veux vraiment !

Sachez que ce n’est pas de votre faute. Non, tu n’agis pas.

Cela est dû à un dysfonctionnement temporaire de votre cerveau. Votre alarme vous avertissant d’un danger est trop sensible. Un peu comme si vous aviez une alarme incendie dans votre cuisine qui se déclenchait dès que vous feriez bouillir de l’eau pour cuire un œuf par exemple.

2. Localisez vos pensées négatives

Dans un deuxième temps, vous devez prendre conscience de vos pensées négatives et les remettre en question.

Par exemple, regardez les pensées négatives que vous avez lorsque vous êtes dans un endroit fermé.

Si vous avez peur de l’ascenseur, vous vous direz que les risques de rester coincé dans un ascenseur sont très minimes.

Personnellement, cela ne m’est jamais arrivé. J’ai vécu dans des appartements desservis par un ascenseur et je prends celui de mon cabinet de temps en temps, bien que sportivement je préfère les escaliers.

Cela se produit certainement et cela est arrivé à deux de mes amis. Nous sommes montés chez moi et j’ai choisi de prendre les escaliers ce jour-là, comme par hasard.

Malheureusement pour eux, ils sont restés coincés, mais j’ai pu Je leur parlais toujours et je pouvais les voir, mais ils n’avaient pas assez d’espace pour s’échapper.

Ils ont appuyé sur le bouton de sécurité et 15 minutes après avoir été libérés, les pompiers ont répondu.

De plus, à l’époque, les téléphones portables n’existaient pas ou c’était le tout début !

De plus, vous avez certainement peur de ne pas avoir assez d’oxygène et de mourir d’étouffement.

L’ascenseur n’est certainement pas l’endroit le plus riche en oxygène qui existe, mais il y en a assez dans l’air qui passe pour durer des heures, mais vous n’y resterez pas pendant des heures de toute façon.

Comme vous pouvez le constater, votre cerveau a tendance à imaginer des scénarios de catastrophe et si vous surfez également sur Internet, vous découvrirez le pire des pires.

Sur le net, vous trouverez des histoires de personnes enfermées dans un ascenseur depuis des jours. Ils sont là pour créer un buzz.

Ces histoires sont-elles vraies ? Cela aurait pu arriver à une personne sur des milliards qui prennent l’ascenseur. tous les jours.

Ce travail sur les pensées négatives permet d’aplanir le pire du pire et je vous invite à le refaire et à le refaire…

C’est ce travail régulier sur vos pensées qui va commencer à vous aider à débrancher la peur et à rassurer votre cerveau.

Vous pouvez faire ce travail par écrit, cela fonctionne encore mieux.

Cependant, certains de mes nouveaux clients me disent : « Je fais déjà ce travail et cela ne fonctionne pas ».

Je ne sais pas s’ils le font bien, mais ils ont raison, ce ne sera pas suffisant, c’est juste une préparation mentale, comme pour un athlète.

Si un athlète ne s’entraîne pas, il n’aura pas de résultats.

Vous devez donc apprendre à calmer la peur en faisant des exercices de respiration et en acceptant vos émotions.

4- Calmez votre souffle

Lorsque vous avez peur, vous hyperventilez, comme nous l’avons vu, c’est nécessaire en cas de grand danger.

La solution consistera à faire de l’hypoventilation, c’est-à-dire à moins d’air et soufflez plus.

Plus vous êtes concentré sur votre respiration, moins vous avez peur.

Plus vous ralentissez votre respiration, plus vous calmez votre cerveau.

On néglige souvent le pouvoir de concentration sur la respiration, c’est l’un des exercices clés qui calmera votre claustrophobie.

Mais il faut aller plus loin pour calmer la peur.

5. Acceptez votre peur

Tu dois accepter ta peur. Je sais que tu vas me dire « c’est plus facile à dire qu’à faire ».

Oui, cela vous prend un peu de temps pour apprendre la technique, mais pas autant que vous le pensez.

La technique consiste à fermer les yeux et à accepter, comme si vous étiez un scientifique, les sensations provoquées par l’émotion dans votre corps, sans vouloir la chasser.

Le simple fait d’observer et de rester connecté à cette émotion apaisera votre peur.

En combinant cette technique avec une méthode qui vous permet de calmer votre respiration et votre rythme cardiaque, vous gagnera en efficacité.

Oui, c’est contre-intuitif, mais testez, vous verrez, cela fonctionne.

Pour augmenter encore plus vos résultats, vous utiliserez la technique des grands sportifs :

6. Visualisez

Entre deux athlètes de même niveau, c’est celui qui a la meilleure visualisation de la victoire qui va gagner.

En effet, notre cerveau ne fait pas la différence entre l’imagination et la réalité.

En essayant d’imaginer un citron très jaune, vous le sentez, vous le coupez en deux, vous pressez son jus dans un verre, vous prenez le verre à la bouche et vous le buvez.

Juste en écrivant que j’ai commencé à saliver. Toi aussi quand tu lis ces mots ?

Vous voyez donc que notre cerveau réagit au réel mais aussi à l’imaginaire.

Chaque jour, vous allez vous asseoir confortablement sur votre canapé. Vous fermerez les yeux pendant quelques minutes en imaginant que vous prenez l’ascenseur, que cela se passe bien, que vous vous débrouillez même pour monter au dernier étage.

Cela ne suffira évidemment pas à vous débarrasser complètement de votre peur, mais cela vous aidera considérablement à monter dans l’ascenseur.

Nous arrivons à la dernière étape, attendez !

7. L’exposition à la peur

Pour débrancher complètement votre peur, il va falloir vous y exposer. Ce n’est pas la partie la plus facile, je sais.

D’ ici là, vous suivez mon conseil, assis tranquillement devant votre ordinateur ou votre smartphone chez vous ou au bureau (je ne le dirai pas à votre patron, je le promets !

Vous allez avoir besoin de courage et j’en suis sûr, parce que vous voulez vous sortir de ce problème qui gâche votre vie.

Mais rassurez-vous, vous n’allez rien faire d’insurmontable.

Ce serait vraiment contre-productif. Si vous avez peur des ascenseurs, vous n’avez pas à vouloir monter tout de suite au sommet de la tour Montparnasse. Au contraire, vous risquez d’augmenter votre peur et c’est ce que l’on appelle un passage fort dans le langage de la psychothérapie.

Rassurez-vous, pour vous exposer à votre peur dans un premier temps, il vous suffira de vous tenir devant l’ascenseur.

Cela seul peut déjà être très difficile pour vous et le surmonter sera une victoire sur votre phobie des ascenseurs.

Faites-le plusieurs jours de suite, jusqu’à ce que vous n’ayez plus peur.

Passez ensuite à l’étape suivante, qui consiste à rester dans l’ascenseur en gardant la porte ouverte.

Afin de ne pas risquer de paraître trop bizarre à vos collègues ou à d’autres personnes, expliquez-leur ce que vous faites.

En général, si vous expliquez bien les choses, ils comprendront et en plus ils verront que vous êtes courageux parce que vous faites des efforts pour vous en sortir.

La prochaine étape consistera à monter d’un seul étage et à en ajouter un de plus progressivement.

Ne sautez pas les étapes, ne passez pas à l’étape suivante sans avoir maîtrisé la précédente Eh bien. Un peu comme dans les jeux vidéo, si vous n’avez pas bien accompli votre mission, ils ne vous laisseront pas accéder à la suivante.

Peu à peu, vous finirez par réussir.

Alors, agissez dès maintenant.

Catégories de l'article :
Equipement