background img

Les dérives de la tutelle

La dernière fois que j’ai parlé de ma mère, j’ai été convoquée au bureau du psychologue universitaire et j’ai pensé que c’était une procédure standard. Cela faisait déjà longtemps que je n’avais pas caché la question de mon enfance et j’étais bien mieux à même de m’accommoder de ce vide qu’avec toute forme de préoccupation écrasante, sans parler de la pitié.

Après quelques questions d’usage, la psychologue s’était entretenue avec ma mère et j’étais à la fois fascinée et horrifiée de voir cette femme — dans l’ensemble parfaitement réfléchi et probablement compétent — déclencher à ce moment-là un authentique réflexe de Pavlov. Elle commençait à saliver avec tant de force et de cupidité qu’elle devait constamment aspirer ses mots avec de petits bruits de succion face auxquels je ne savais plus si je devais exploser de rire ou m’enfuir en hurlant. Je savais déjà que j’étais un cas, j’ai mesuré à ce moment-là à quel point il pouvait littéralement aiguiser l’appétit pour un professionnel de la santé mentale.

Lire également : Qui peut être la tierce personne ?

Je me suis retrouvé dans le scène d’introduction de Blade Runner où le détective Holden demande à Leon de lui parler de sa mère. Depuis cet étrange affrontement où je suis resté partagé entre hilarité et consternation, j’ai tendance à éviter ce sujet précis avec soin et à vivre ma vie tranquillement.

Ma mère ? Je vais vous parler de ma mère !

A lire aussi : Pourquoi faire une donation avant 71 ans ?

Mais maintenant, que ce soit 10, 20 ans ou même un demi-siècle plus tard, vous finissez toujours par rattraper votre passé, d’une manière ou d’une autre, et ensuite vous devez y faire face, que cela vous plaise ou non.

Dans ce cas, il s’agit pour moi d’une lettre du conseil départemental qui m’a été déposée auprès du maire de mon microbled. Le diable se cache toujours dans les détails : l’enveloppe, non scellée, contient un formulaire d’obligation alimentaire pour ma mère. C’est à la mairie de mon domicile de l’instruire et donc, cela implique de me convoquer et de me demander de bien vouloir déballer ma vie privée et mon histoire pour remplir ce joyeux formulaire. Pour la discrétion sur mon historicité, j’ai l’impression que je vais être habillée pendant plusieurs hivers. Je n’ai pas honte de mon passé. Mais juste que je vis beaucoup mieux dans le présent.

Les maisons de retraite

Ainsi, près de 30 ans après la mise sous tutelle de ma mère, l’administration française se souvient soudain de mon existence… parce que les coffres sont vides. Ils ont même été vidés en seulement six ans dans une maison de retraite.

Je pense que tout le monde avait plus ou moins entendu parler des conditions indignes dans lesquelles la plupart des personnes âgées sont soignées dans des maisons de retraite, ce nouvel acronyme pour ne plus dire hospice, maison de retraite, mourir ou maison de retraite. De même, les plaintes et les grèves du personnel de ces établissements, généralement sous-payé, sous-formé et en sous-effectif chronique, n’ont pu échapper à beaucoup. Et qui ne connait pas quelqu’un qui ne trouve pas de place pour ses parents ou qui étouffe lorsqu’il regarde les tarifs de ces lieux charmants ?

Classement des propriétaires de maisons de retraite privées en France

99e fortune de la France : Jean François GOBERTIER du PIB Vendôme avec une fortune estimée à 530 millions d’euros. Il détient 50% du manager de l’EHPAD Domus Vi, dont le chiffre d’affaires s’élève à 620 millions d’euros et 100% du PIB Vendôme et Dolcéa Création GDP Vendôme.

119e fortune de la France : Jean-Claude MARIA d’Orpéa avec une fortune de 435 millions d’euros. Elle détient 23 % d’Orpéa avec un chiffre d’affaires de 843 millions d’euros.

121e fortune de la France : Yves JOURNEL de Domus Vi avec une fortune de 420 millions d’euros. Elle détient 30 % de DomusVi, un groupe dont le chiffre d’affaires est de 620 millions d’euros.

La 317e fortune de la France : André et Pierre IMBERT , de l’IGH avec une fortune estimée à 110 millions d’euros.

424e fortune de la France : Patrick TECHENEY et Mary FOUQUET , de Coliseum Heritage Group dont la fortune est égale à 85 millions d’euros. Ils détiennent 61% du Colisée avec un chiffre d’affaires de 147 millions d’euros.

435e fortune de la France : Didier MENNECHET et Philippe PEAULIER de SGMR, dont la fortune s’élève à 75 millions d’euros.

Évidemment, on comprend rapidement qu’avec des mensualités moyennes supérieures au salaire médian des Français, la pyramide de Ponzy en or blanc tend à tirer beaucoup sur la corde et plus particulièrement sur les cordons de la bourse. Et lorsque l’on compare les prix de l’hébergement à la qualité de vie des hôtes et des employés de ces structures et surtout au montant moyen de la pension, on comprend rapidement que nous galopant à droite vers une nouvelle bulle financière très moche.

Mais en attendant, il faut trouver des idiots à craquer et dans ce cas, j’ai tout de suite pensé à moi. Cela dit, au rythme des choses, je pense que la question de faire cracher tout le monde dans Le Bassinet pour conserver l’actionnariat du chenil à vieux va bientôt devenir un sport national où il y aura très peu de très gros gagnants et de nombreux perdants.

Pour revenir à ma petite histoire, la tutrice de ma mère, ayant épuisé les fonds qu’elle gérait, s’est tournée vers le ministère pour demander une aide sociale dans le logement des personnes âgées — une aide qui semble spécifiquement calibrée pour nourrir la maison de retraite des maisons de retraite — et que le département — dont vous devriez Je sais tout de même que 80% de la population est éligible à un logement social, comme ça, pour vous donner une idée — il s’agit tout naturellement de me tourner vers moi, en évitant très soigneusement la question de savoir pourquoi le demandeur est sous tutelle.

Le grand rien

Je suis donc redevable à ma mère. Je suis donc, avant tout, devant l’article 207 du Code civil.

… Lorsque le créancier lui-même a gravement manqué à ses obligations envers le débiteur, le juge sera en mesure de libérer le débiteur et tout ou partie de la dette alimentaire.

Et à l’article L132-6 du Code de l’action sociale et de la famille :

Les enfants qui ont été retirés de leur milieu familial par décision judiciaire pendant une période d’au moins 36 mois accumulés au cours des douze premières années de leur vie sont, sous réserve d’une décision contraire du juge des affaires familiales, exemptés du droit de fournir cette assistance…

Je suis donc ici pendant 15 jours à regarder ce paquet de documents impersonnels et à me demander comment je vais pouvoir rouvrir la boîte de Pandore et traduire dans un langage administratif, froid et concis ce qu’aucun juge n’a pris la peine de trouver. 40 ans plus tard, lorsque les témoins sont décédés ou ont été dispersés par la vie, comment traduire cela en mots qui ont toujours été cachés, cachés, évités, non dits ? Comment parler de la surdité des voisins, des omissions des services municipaux, hospitaliers, sociaux ? Comment expliquer que je suis tombé entre les mailles du filet ? Si elle m’avait encore cassé le bras, j’aurais quelque chose de solide, de béton. Mais qu’est-ce que j’ai ici, à part une enfance d’errance, d’exil, de terreur et de honte ?

On peut toujours dire qu’à l’époque, nous n’étions pas très doués en maladie mentale, pas très attentifs à la maltraitance des enfants… Je me console en me disant que heureusement, maintenant, les choses ont changé et que les enfants sont mieux suivis et leurs problèmes détectés…

1/ Continuez à entendre la voisine crier monstrueusement fort à ses 2 petites filles de 4 ans.

2/ J’ai décidé d’appeler le 119 parce que bon sang.

3/ Sonne un jouet super bien choisi, une berceuse, une musique d’attente pour bébé.

4/ Finit par parler à l’opérateur qui dit que « vous êtes au bon numéro, mais pour un rapport, je dois vous donner un professionnel, mais sont tous là en ligne, vous pouvez rappeler en une demi-heure, vous comprenez que nous avons 100 appels par heure et que nous sommes un numéro national… »

Je me demande quel pourcentage de personnes, après avoir fait l’effort pas si évident de passer ce genre d’appel téléphonique et avoir reçu un « rappel plus tard », ne rappellent JAMAIS. Un pourcentage énorme à mon avis. Une autre chose qui est sérieusement dysfonctionnelle. Sinon, vous avez également le site Web 119 avec un formulaire pour toute question qui n’est PAS un signalement d’abus parce que pour un signalement d’abus, vous devez absolument APPELER le 119 où vous serez informé que tout le monde est en ligne et que vous devez rappeler plus tard sans avoir pris la peine de prendre la moindre information sur qui appelle, pourquoi, pas ce qu’il voulait signaler ou où. Eh bien, l’enfance maltraitée a un bel avenir devant elle, je dirais.

Eh bien, je les ai rappelés une deuxième fois et j’ai été envoyé une deuxième fois (très gentiment) par un autre opérateur qui m’a donné le même pitch bien huilé « Tous nos les professionnels sont en ligne, nous sommes un numéro national, nous recevons beaucoup d’appels… nous ne pouvons pas vous mettre en attente, nous devons donc vous rappeler plus tard. » Les « numéros d’urgence » où vous ne pouvez pas passer quelqu’un, nous ne pouvons pas écrire ce que vous avez à dire, nous ne pouvons pas prendre votre numéro et vous rappeler dès que possible, non, « Rappellez plus tard, Demerdenzi ! »

Dans ce cas, ce n’est pas très grave, mais vous pouvez avoir des enfants qui se font massacrer… MAIS RIEN NE FONCTIONNE VRAIMENT DANS CE PAYS !

Là, j’ai calmement expliqué au gars que j’avais déjà été renversé une fois, que j’ai rappelé et qu’à mon avis 90% des gens ne l’ont pas fait, mais qu’il ne compte pas sur moi pour rappeler une troisième fois, et je lui ai raccroché au nez.

Je sais que ce n’est pas la faute du pauvre gars, mais bon sang ! Je suppose qu’il y a un comptable administratif au-dessus qui raisonne en termes de coûts, de pourcentage d’appels réussis à la 4e tentative et qui fait de beaux tableaux Excel sur le temps d’attente moyen !

Peut-être crier très fort et très régulièrement avec beaucoup de haine contre deux fillettes de 4 ans est peut-être un signe qu’il y a aussi des coups ? Mais bon, je ne suis ni flic ni travailleur social, ce n’est pas mon travail d’enquêter sur mes voisins…

Témoignage recueilli ce matin sur Mastodon sur le fonctionnement du 119

Et pourtant, il va falloir que je trouve les mots, je vais devoir déballer, mais pas trop, rassembler les quelques preuves indirectes que le temps n’a pas encore détruites, je vais devoir tout raconter de ma mère.

Catégories de l'article :
Juridique